mercredi, décembre 14 2016

Marathon de Salon de Provence

marathon_salon_log.jpgAprès l'Ecotrail de Paris le 19 mars 2016 et mon forfait fin août à l'Afaghjinca (entorse la veille de la course), mon second et dernier rendez-vous de l'année 2016 est le marathon de Salon de Provence. Première et unique édition. Projet porté par Vincent qui a ramené une fine équipe (Jamel, Stéphane, Eric, Aymeric) dans une joli mas à Pélissanne. Très belle organisation de Vincent qui nous a agrémenté ce week-end d'une découverte de Lourmarin et des Baux de Provence mais aussi d'une belle soirée d'après course chez Philou et Aurélie avec beaucoup de monde (Valentin, Patrick, Christophe...) et de rigolades.

Lire la suite...

lundi, mars 28 2016

Ecotrail de Paris 2016

ecotrail_2016.pngAprès quelques mois sans course bien sérieuse, j'ai décidé de remettre le couvercle à l'Ecotrail 2016. Cette course disposait de plusieurs avantages : long, agréable, proximité et surtout une saine émulation. En effet, nous étions quelques uns à nous entrainer pour cette course. A commencer par Vincent et Fabien avec qui j'ai partagé de nombreuses séances spécifiques depuis le début de l'année.

C'est dans ce contexte que mon entrainement a pris forme depuis fin décembre. Période à laquelle j'ai recommencé à faire un peu de volume. Ensuite, l'entrainement s'est déroulé sans accroc avec deux blocs de quelques semaines durant lesquelles nous alignions à la fois des séances de fractionnés longs (1000m - 2000m - 3000m), séances de côtes, fartleck avec du dénivelé et séances longues.

Tout était donc en place le jour de la course pour faire une performance correcte. A tel point que je me laissais tenter par un chrono de 6h30 (12km/h). Pour mémoire, j'avais fait un peu moins de 6h52 en 2014 et j'avais fini assez vite. Il s'agissait donc de gagner 22 minutes sur 78km. Soit tout de même près de 17 secondes par kilomètre.

La tactique de course était donc claire. Je devais partir plus rapidement (mais pas trop) et tenir la moyenne (5'/km) le plus longtemps possible. Et, le cas échéant, continuer sérieusement pour faire sous les 7 heures.


Ce samedi 19 mars, la météo n'était pas aussi agréable que lors de ma précédente participation. A savoir un léger 6°C accompagné d'un vent du Nord et d'une couverture nuageuse sans accroc. A comparer au 16°C avec un ciel dégagé de 2014. La tenue était donc adaptée : veste coupe-vent, gants, bonnet. Et en l'absence de pluie depuis plusieurs jours, j'étais chaussé de routière (Mizuno Wave Rider). Pour l'alimentation, un litre d'eau et quinze pâtes de fruits (tous les 5km).

Rendez-vous avec Vincent, Fabien, Jacques et Damien dans le RER en direction de la charmante ville de Saint Quentin en Yvelines. Arrivé sur zone, nous sommes obligés de nous préparer rapidement car les consignes ferment à 11h40 pour un départ à 12h15. Résultat, nous avons froid et nous partons nous mettre au chaud dans le peloton devant la ligne de départ.

Vincent, Jacques et Nicolas

Lire la suite...

mardi, juin 30 2015

Oxytrail 23km

T4L'Oxytrail, dernière course avant l'été, a eu lieu le dimanche 28 juin. Les objectifs n'étaient pas très clairs avant la course. Le niveau n'étant pas trop élevé lors des deux premières éditions, je pouvais peut-être espérer être aux avant-postes. Au moins au départ. D'un autre côté, je n'ai pas fait de préparation spécifique et, en particulier, pas de sorties longues. Avec ça, il a fallu rajouter une dernière semaine marquée par des nuits hachées par Maksen et un gros rhume. Et pour finir, la chaleur était de la partie. Je m'alignais donc sur la ligne de départ avec une certaine humilité.

Le soleil était déjà brulant à 10h30 pour le départ. A tel point que je profitais de l'ombre de l'arche de départ. J'étais muni de ma visière, de mes lunettes de soleil et d'une petite gourde. Au coup de feu, je m'élançais avec les premiers mais il ne fallut pas longtemps pour constater que je n'allais en aucun cas m'accrocher malgré un premier km en 3'30". Je décidais donc de gérer cette course tranquillement sur un rythme entre celui d'un semi et d'un marathon. Avec dans l'esprit que la chaleur allait faire des dégâts et que je pourrais en profiter sur la fin de course. Les kilomètres suivants sur le bord de Marne était donc l'allure attendue avec de bonnes sensations (km 2 et 3 en 3'52" et 3'49"). J'étais légèrement devant les deux premières féminines et j'espérais me faire reprendre par un petit peloton pour gérer la course tranquillement.

20150628_oxytrail_nico_05.jpg

Lire la suite...

lundi, avril 20 2015

Humarathon : trail urbain nocturne

HumarathonMalgré sa dénomination, ce trail n'avait rien de nocturne avec un départ à 17h30 pour 23km (distance lue sur une interview de l'organisateur mais qui finalement ne sera que de 20km comme indiqué sur le site officiel).  Par contre, il était bien urbain.

Après le semi de Nogent, je désirais faire une course avant le mois de mai et ce trail de l'humarathon réunissait les critères attendus : date, proximité, distance. Et plutôt que le semi, j'optais pour la version trail du samedi (soir).

Je rejoignais donc le parc des Cormailles en vélo où une ambiance bonne enfant régnait. Odeurs de merguez et familles étaient au rendez-vous. Le trail n'étant qu'une animation parmi d'autres. Étant donné que j'avais lu que le trail était en autonomie et qu'il faisait assez chaud, j'avais pris mon camel bag. Sur la ligne de départ, nous ne sommes pas trop nombreux et je me positionne à l'avant. Statistiquement, j'ai des chances de bien figurer. J'ai un premier doute quand le speaker annonce qu'il y aura finalement un ravitaillement à mi-course d'une part et que je constate que les coureurs ayant un bon profil n'ont pas pris de gourdes. Est-ce que je ne vais pas être pénalisé par mon sac ?

Lire la suite...

jeudi, mars 19 2015

Semi-marathon du Val de Marne

Après mon 100km des Etangs de Sologne, mon corps m'a envoyé des signaux de plus en plus précis m'indiquant qu'il fallait lui laisser du répit. En particulier, mes genoux étaient douloureux. J'envisageais une tendinite rotulienne ou autres désagréments exotiques.

Rendez-vous chez l'ostéopathe : aucun signe clinique de quoi que ce soit. Et cependant...

De fil en aiguille, et en y rajoutant les contraintes professionnelles, la fin de l'année 2014 fut blanche.

Profitant des vacances de fin d'année, j'ai tenté de remettre le moteur en route. Les genoux grinçaient encore un peu. Et le reste aussi. A la fin du mois de janvier, mes genoux m'ont donné quitus et j'ai pu remettre le couvert à base de fractionnés et de côtes.

Lire la suite...

lundi, septembre 1 2014

100km des étangs de Sologne

COUC.jpgMal­gré ma dou­lou­reuse expé­rience mila­voise, j’ai décidé de reten­ter l’expé­rience du 100km. Cette fois-ci à Theillay dans le cadre du cham­pion­nat de France. Avec pour objec­tif de ter­mi­ner en moins de 9 heu­res. Tou­tes cho­ses éga­les par ailleurs, ce 100km étant beau­coup plus plat que celui de Mil­lau, c’est une per­for­mance réa­liste. D’autant que je garde un sou­ve­nir posi­tif de l’éco­trail couru fin mars.

Côté pré­pa­ra­tion, ça ne s’est pas tout à fait déroulé comme prévu. J’ai déclaré fin juillet une petite ten­di­nite au jam­bier anté­rieur gau­che. Après une grosse semaine à plus de 200km (14-20 juillet), j’ai dû met­tre le frein à main avec 25km la semaine sui­vante (21-27 juillet). La dou­leur étant pas­sée, j’ai redé­marré en dou­ceur avec 106km mais sans sor­ties lon­gues (28 juillet – 3 août). La semaine sui­vante s’est bien pas­sée avec 118km et deux sor­ties lon­gues (4-10 juillet). De retour sur Paris, il m’a été dif­fi­cile de cou­rir tout en gar­dant les enfants. J’ai tout de même couru 76km avec deux sor­ties lon­gues (11-17 juillet). Mais suite à la der­nière sor­tie lon­gue un peu trop ryth­mée, ma ten­di­nite s’est réveillée puis une sérieuse dou­leur à la han­che droite le mardi… Bon an mal an, j’ai couru 60km sans sor­tie lon­gue (18-24 juillet). La ten­di­nite m’a laissé tran­quille mais la han­che me gênait encore un peu en fin de semaine. Pour la der­nière semaine, j’ai donc visité l’ostéo­pa­the et couru 10km (25-29 juillet).

Ces petits pépins phy­si­ques ajou­tés à un plan­ning pas tout à fait adapté ne m’ont pas per­mis de faire le volume espéré. Néan­moins, la pré­pa­ra­tion me sem­ble tenir la route. Comme les sen­sa­tions sont bon­nes à la veille de la course, je fais le pari de la fraî­cheur. La stra­té­gie de course est de cou­rir le plus long­temps pos­si­ble à 12km/h. Si je tiens 60km, je pour­rais finir à 10km/h et faire 9 heu­res. Si je ne ralen­tis pas (peu réa­liste), je ter­mi­ne­rai en 8h20. Enfin, l’idée est d’avoir un petit magot de côté pour la fin de course.

Lire la suite...

lundi, juin 9 2014

Trail des Moulins 2014

Après l'écotrail, j'ai décidé de goûter à nouveau au genre. Le weekend de la Pentecôte m'a permis de faire coup double : courir le trail des Moulins à Molineuf et rencontrer mon très jeune neveu Akio.

Pour cette course, je suis resté sur un format moins impressionnant : 29km et 400m de dénivelé annoncé. Je n'ai pas fait de préparation vraiment spécifique pour cette course. J'ai bien essayé d'augmenter un peu le volume mais les aléas de la vie ne m'ont pas permis d'en faire autant que désiré. Malgré tout, j'arrive plutôt en forme.

En regardant les résultats des années précédentes, je me suis dis que je pouvais espérer faire un classement honorable. Conséquence importante, je vais donc courir la course en tête plutôt qu'à mon allure. Au risque d'exploser sur la fin. Par ailleurs, étant donné les moyennes des années précédentes, j'en ai déduit que ce trail est roulant. Sans doute comme l'Ecotrail. J'ai donc fait le paris de chaussures de route. A savoir, les Mizuno Wves Kudos ou les Mizuno Wave Rider.

Lire la suite...